Alors que la paix règne au sein du concil de la galaxie Alpha-56, une sombre menace depuis longtemps enfouie refait surface...
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un entretien d'embauche...

Aller en bas 
AuteurMessage
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Un entretien d'embauche...   Sam 3 Jan - 23:52

Eynar Yasashi. 1M72 caucasien, cheveux bruns et yeux bleus.

On m'avait donné sa fiche et sa localisation puis expédié dans la première navette pour océan. Sans trop m'expliquer pourquoi d'ailleurs. De tous les ingénieurs disponibles à la base, pourquoi m'envoyer à l'autre bout de la galaxie pour récupérer un "retraité". C'était l'Homme qui leur fallait disaient-ils... Curieuse de savoir pourquoi. 

En feuilletant son dossier je compris vite. Des états de services irréprochables (malgré quelques écarts disciplinaires ça et là...), une prédisposition naturelle dans le domaine de ingénierie et des capacités plus que correctes au combat. Vrai que ça ne courait pas les rues des profils comme celui-ci. Mais n'y avait-il donc pas d'autres ingénieurs aussi compétents parmi nos recrues ?

Devenu mécano, il habitait aujourd'hui dans les zones périphériques d'Océan... Quel gaspillage de talent. Pourquoi avait-il quitté l'armée ? Le dossier ne le stipulait pas... Que souhaitait-on me cacher sur ce type ? Cette histoire ne me plaisait guère... 
Peu importait, j'allais bientôt le savoir après tout. J’espérais juste que l'état major ne me faisait pas perdre mon temps.

Arrivé à hauteur des quartiers de la périphérie je sentis le contraste nette avec le centre-ville. Quel calme. Il s'était sûrement installé ici pour cette raison d'ailleurs. Vrai que tous autant qu'on était, après une carrière sur le champ de bataille, on pouvait aspirer au calme et à la quiétude. 

Arrivée dans son quartier, je jetais un coup d’œil au différentes maison du lotissement jusqu'à trouver celle de Yasashi. Approchant du seuil de la porte, j'appuyais sur la sonnette, priant qu'il n'ai pas décidé de s'absenter. Sinon j'allais l'attendre... Longtemps. Et c'était bien la dernière chose que je souhaitais faire.

Par chance, il était à son domicile. M'ouvrant, je cru voir un trait de stupeur dans ses yeux. Il avait dû reconnaître mon uniforme. Et bien soit, autant en venir au fait.

- Bonjour M.Yasashi. Amiral Tana Arvick de l'armée concilienne. Je souhaiterais vous soumettre... une proposition. En privé bien sûr. Si vous me le permettez, il serait plus judicieux de poursuivre cette conversation entre vos murs.

Après tout je n'allais pas rester à poireauter devant le seuil de sa porte et je ne souhaitais pas que des badauds puisse entendre des infos classifiées top secrètes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 0:16

Journée tout à fait banale pour Eynar. Il avait été demandé dans un de réparer une machine à sous en ville, et d'en vérifier plusieurs autres.

Après tout, dans cette ville, le client était roi, et il fallait que tout soit à jour le plus vite possible. Bah, peu importait les motivations pour Eynar, du moment qu'il avait son chèque à la fin. C'était tout ce qu'il demandait, le reste, ça lui passait bien au-dessus...

Même le fait d'être aussi "invisible" aux yeux des gens, notamment des clients des zones où il allait. Il faisait parti des "coulisses", après tout, de ceux qui entretenaient, faisaient en sorte que les choses soient à disposition, ils avaient beau être là physiquement, on ne les voyait pas, pour beaucoup.

Au moins, il travaillait tranquille. Eynar avait d'autres activités, et d'autres centres d'intérêt, et ne désirait pas perdre son temps à se concentrer sur ce genre de chose. Il voulait juste mériter son chèque.

Et donc, une fois celui-ci en poche, il avait pris une petite navette afin de retourner à la périphérie de la ville, afin de pouvoir rentrer chez lui, devant marcher un peu car il était très proche de l'eau, ce qui lui plaisait pas mal.

Une fois chez lui, il ferma sa porte, sortit son chèque qu'il posa sur son plateau d'entrée, avant de se déchausser et de laisser ses bottes à côté du battant de la porte - habitude quotidienne qu'il avait toujours eue dans son éducation - pour ensuite aller dans sa petite cuisine, derrière un comptoir, pour se préparer une petite collation.

Une journée de travail, ça creusait.

Mais au moment où il était en train de finir son plateau, prêt à s'affaler sur un transat sur son balcon, la sonnerie retentit.

Tiens donc. Qui venait donc le voir ? Le type qu'il avait évincé dans un concours de poker l'autre soir ? Vrai qu'il n'avait pas apprécié de perdre...

Il quitta donc sa partie cuisine pour aller ouvrir, et de ne pas découvrir cette personne avec qui il s'était confronté l'autre soir, mais une jeune fille, à l'air plutôt sérieux, et surtout vêtue d'un uniforme.

Ah. Le mec avait-il porté plainte contre lui ? Vrai qu'Eynar l'avait un peu fauché de plusieurs centaines d'unités, parce qu'il avait tellement insisté pour avoir des revanches pour récupérer ses mises, sauf qu'Eynar les avaient toutes raflées.

Il allait du coup en sortir une pour se défendre, mais la jeune fille parla, indiquant ainsi l'objectif de sa visite. Une proposition ?

Que lui voulait-on ? Il avait dit qu'il ne voulait plus être affilié à l'armée il y a de ça quelques mois...

Toutefois, il voulut s'amuser un peu : il sourit à la jeune fille, en lui envoyant, ne redoutant pas l'éventuelle claque à la figure :


- Ah, en privé, c'est sûr, entre nous, vaut mieux avoir une certaine décence. Mais vous ne pensez pas que vous allez un peu vite dans vos avances ?

Oui, oui, il venait de jouer sur les mots !

Enfin, toutefois, il s'était bien sûr préparé à esquiver la claque si jamais. Mais bon, il avait compris, hein ! Mais il aimait bien tester les gens...voir leurs réactions permettait souvent de les mettre à l'épreuve, voir s'ils étaient capables de voir la plaisanterie ou alors de carrément y courir sans se rendre compte qu'il les bernait...

Et puis en même temps, là, soit deux choses : soit cette fille le prendrait très mal, et le laisserait donc aussitôt tranquille avec de quelconques histoires d'armée, soit elle verrait la supercherie et continuerait dans sa lancée. Eh oui ! Derrière ses plaisanteries, de mauvais goût pour certaines, certes, il y avait très souvent des raisons derrière !
Eynar avait très vite appris qu'une arme ne servait pas toujours à faire reculer les gens...le pouvoir des mots était souvent plus fort.

Il s'écarta du passage, envoyant quand même :


- Mais si vous voulez tenter votre chance, je vous en prie, entrez, je vais vous préparer un café. Autant commencer sainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 0:47

- Ah, en privé, c'est sûr, entre nous, vaut mieux avoir une certaine décence. Mais vous ne pensez pas que vous allez un peu vite dans vos avances ?

Mais qu'est ce qu'il racontait !!!!!

...

Visiblement j'étais tombé sur un comique... Surtout ne pas perdre mon calme, ne pas m'énerver. Cet énergumène avait visiblement une importance pour la mission, je me devais de le ramener sur Céos. Il me fit signe d'entrer... Déjà c'était un bon début.

- Mais si vous voulez tenter votre chance, je vous en prie, entrez, je vais vous préparer un café. Autant commencer sainement.

Mais il continuait sur sa lancée l'animal ! S'il cherchait à se prendre une gifle il n'allait pas être déçu ! Je détestais ce genre de macho... Était-ce donc le propre de tous les hommes sur cette foutue galaxie ?!! De tous les amiraux il avait fallu qu'on m'envoie moi pour recruter ce mariole ! Si c'était pareil pour tous les autres la semaine allait être LONGUE !

Mais je devais me contenir. Inspirant un grand coup je repris :

- Je vous remercie...

Le cœur n'y était pas... Mais il fallait faire avec. Le regardant préparer les cafés je commençais mon speech. Plus vite j'en finirai avec lui meilleur ce serait pour ma tension.

- Avant toute chose sachez que que les informations que je vais vous délivrer sont confidentielles. Quelles que soit votre décision vous êtes tenus au secret. Dans le cas ou quelque chose viendrait à s'ébruiter les conséquences seraient... Fâcheuses.

Dans le cas présent, ça finirait en démentit massifs pour les médias, et aux tribunaux des affaires militaires pour lui...

- Nos sondes posées sur Prométhée ont décelé un pic d'activité électromagnétique... Qui nous fait penser que quelque chose liés à l'ancienne civilisation s'est... Réveillé. Faute d'un meilleur terme. De ce fait nous avons besoin d'un expert technicien compétent à même de nous seconder dans cette mission. De part vos dons et votre nature autodidacte, mes supérieurs pensent que vous êtes le plus qualifié à nous seconder si des artefacts technologiques extraterrestres venaient à être retrouvés.

Difficile de croire que ce pervers était aussi brillant... Mais les dossiers de l'armée ne mentait pas. J’espérais cependant qu'il aurait au moins la décence d'accepter rapidement. Sinon les choses viendraient à durer. Mes ordres étaient formel : je devait quitter ce monde en ramenant avec moi Eynar Yasashi. Et je n'échouais jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 1:06

Elle réagit vivement, bien qu'elle fit au mieux pour se contenir, comme tout bon soldat, et surtout comme chef d'armée, au vu de ses insignes.

Mais il s'était entraîné, justement. Il était passé par-là. Autrefois, il était très vif dans ses réactions, très impulsif, et il avait été réprimandé pour ça de très nombreuses fois.
C'était ainsi qu'il avait appris à jouer de cette façon avec les mots. En se faisant passer pour ce qu'il n'était pas, en gardant son calme, et en prenant un malin plaisir à "malmener" les autres mentalement. Et plus ils résistaient, plus il en faisait. Surtout quand il s'agissait de personnes tenant à faire bonne figure, il trouvait ça encore plus amusant !

Ouais, bon, drôle de jeu, mais dans l'armée, il était facile de se laisser marcher sur les pieds...alors Eynar avait gagné en caractère, et s'était souvent imposé de cette façon.

Alors il sourit, simplement, mais sans cacher son amusement. Quand elle entra, il ferma la porte et fit remarquer, voyant ses grands airs :


- Remarquez bien, je ne verrouille pas et je m'éloigne de la porte. Comme ça, si jamais vous avez peur que je vous saute dessus, vous pourrez vous tirer.

Le tout avec nonchalance. Rares étaient les femmes dans l'armée, et il ne serait pas étonné de savoir que celle-ci avait du gagner en caractère pour se faire respecter. Comme tous. Mais Eynar estimait que c'était encore plus le cas pour les femmes que pour les hommes. Lui, il était certes passé par là aussi, surtout à cause de son hyperactivité qui prenait parfois le dessus quand il perdait le contrôle ou qu'il était nerveux, mais il était certain d'en avoir bien moins bavé que cette fille.

Et s'il avait ce genre de réplique, c'était bel et bien pour faire prendre conscience de la stupidité de la situation, et de ses dires. C'était souvent là qu'on voyait parfois que derrière, en fait, il était loin d'être idiot, justement...

Dans tous les cas, elle partit très vite dans son bla bla, pendant qu'il mettait en marche la machine à café.

Il ne l'interrompit pas, genre comme si de rien n'était, comme s'il écoutait d'une oreille distraite, mais ce n'était évidemment pas le cas : Eynar se dissimulait derrière un gros masque depuis toujours.

Il ne put toutefois s'empêcher de relever, faisant exprès de prendre au mot :


- Génial. Cela signifie que, si ce secret venait à être révélé par quelqu'un d'autre que moi, c'est moi qui m'en prendrait plein la gueule. Si "quelque soit ma décision".

Les conséquences "fâcheuses", il connaissait très bien le sous-entendu ! Et vrai qu'il prenait ça un peu pour une menace, quelque part, ce qu'il n'appréciait pas vraiment, en fait. Et si ça s'ébruitait sans que ça ne soit de sa faute ?

Les cafés terminés, il les posa sur son comptoir, avant de regarder la jeune femme dans les yeux :


- Si vous pensez m'acheter avec ça, essayez autre chose. Si les choses sont ainsi, je n'ai pas intérêt à prendre en considération le reste. Car dans ce cas, ma décision est claire et nette : c'est non, et je voudrais rester en dehors de ça. Auquel cas, si on vient me menacer, je saurais en répondre.

Ou autre manière de dire que là, s'il se contentait de mots, c'était parce qu'elle avait seulement utilisé les mots, mais s'il se retrouvait menacé avec d'autres choses du genre bien tranchants, il n'hésiterait pas à se défendre, quitte à outrepasser la loi à ce niveau !

- Vous m'avez tout dévoilé, ce qui signifie donc que, si cela s'ébruite par moi ou par quelqu'un d'autre, j'en paierai les frais. Eh bien, sachez que je suis prêt à recevoir. A la vôtre.

Tout en lui tendant sa tasse...presque le plus normalement du monde, avant de porter la sienne à ses lèvres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 1:28

Bon j'avais sortit mon speech. Mais il ne semblait guère m'avoir écouté... 
S'il me faisait répéter...

- Génial. Cela signifie que, si ce secret venait à être révélé par quelqu'un d'autre que moi, c'est moi qui m'en prendrait plein la gueule. Si "quelque soit ma décision".

Bon apparemment si... Même si j'eus souhaité qu'il ne s'attarde pas sur ce point.

- Si vous pensez m'acheter avec ça, essayez autre chose. Si les choses sont ainsi, je n'ai pas intérêt à prendre en considération le reste. Car dans ce cas, ma décision est claire et nette : c'est non, et je voudrais rester en dehors de ça. Auquel cas, si on vient me menacer, je saurais en répondre. Vous m'avez tout dévoilé, ce qui signifie donc que, si cela s'ébruite par moi ou par quelqu'un d'autre, j'en paierai les frais. Eh bien, sachez que je suis prêt à recevoir. A la vôtre.

Bon et bien ça allait devenir long... Je ne tenais vraiment pas à jouer les prolongations, mais puisque cela s'imposait. Soit...

- M.Yasashi, vous vous doutez bien que si je vous dis cela les chances que cela s'ébruite pas d'autre biais que vous sont microscopiques... La confidentialité de cette conversation est elle même protégée par un brouilleur d'ondes portatives. Aucun risque que l'on nous espionne. Mais les protocoles de l'armée sont stricts et lorsque je m'adresse à un civil, je suis tenu de l'avertir des retombées. Ce n'est pas contre vous, mais l'état major ne peut faire confiance à personne. Aussi si vous tenez votre langue, je peux vous garantir que vous ne verrez pas une escouade d'exaltés venir enfoncer votre porte... 

Bon voilà pour la mise au point. J’espérais l'avoir suffisamment mis en confiance pour qu'il accepte de reconsidérer cette offre.

- C'est une opportunité unique qui vous est offerte là, et j'ose croire que la confiance que place mes collègues en vous est justifiée... 

Sinon pourquoi insister à ce point pour que je le ramène ?

- Si vous acceptez, votre rémunération sera substantielle cela va s'en dire. Au delà de ça, n'êtes vous pas un peu curieux de découvrir une technologie alien inconnue à ce jour ?

Vrai que Yasashi ne semblait pas être le type très intéressé par l'argent vu sa simplicité apparente : tenue traditionnelle, petite maison sur les quartiers périphériques, job de mécano...
Mieux valait jouer sur d'autres arguments et titiller son côté créatif et curieux davantage que l'appât du gain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 2:05

- Faut faire gaffe au microscopique, justement !

fit-il remarquer. Vrai qu'on avait souvent tendance à ne se fier qu'à ce qui nous sautait aux yeux, et pas à une petite chose perfide invisible qui venait...et qui était redoutable. Pour ça qu'il se méfiait. Et qu'il n'était pas suffisamment naïf pour se laisser bercer par cette assurance-là.

Dans tous les cas, elle était tenace, car elle chercha ensuite plusieurs méthodes pour tenter de l'appâter...cela le fit légèrement sourire, amusé. Ouais, celle-là, elle ne le connaissait pas !


- Si j'ai quitté l'armée, c'est justement parce que je ne m'intéresse plus à tout ça.

Ce qui était la vérité, bien sûr, même s'il préférait taire la réponse principale...

Bien sûr qu'il avait été comme tous ces enfants rêvant d'aventure et d'héroïsme, de changer la face du monde, et de sortir vainqueur des grands "méchants". Mais entre le rêve et la réalité, il y avait une sacré marge. Et cette marge, il l'avait vécue. Il n'avait jamais supporté, ni accepté l'issue de cette dernière attaque qu'il avait vécu avec ses collègues...des amis, pour la plupart.

Il se la jouait certes rebelle parfois, mais il avait toujours voué un grand respect à son chef, et avait toujours mis beaucoup de coeur dans son travail. Il avait pensé que l'union faisait la force en toute circonstances, mais cette embuscade lui avait prouvé le contraire...et son chef s'était sacrifié pour tous les sauver.

Il ne voulait plus jamais vivre ça de sa vie. Ok, cela pouvait paraître égoïste ou faible, il s'en fichait. Peu importe ce qu'on pensait de lui. Il estimait avoir pas mal donné d'années de sa vie à l'armée, il voulait aussi profiter de la vie, désormais, surtout en se rendant compte à quel point elle pouvait vite être retirée...il était jeune, et il était désireux de faire sa vie, et d'éventuellement connaître le bonheur, pourquoi pas.

Il estimait que la vie de "héros" n'était pas pour lui. Place aux autres, après tout, ce n'était pas les demandes qui manquaient.


- Je suis certain que vous avez dans vos listes des personnes tout à fait compétentes à faire ce travail, et qui ne demandent que ça. Pourquoi s'obstiner à ne pas leur donner leur chance ?

Surtout qu'il avait très vite pris goût à cette liberté qu'il s'était offerte. Pas d'ordres, il faisait ce qu'il voulait, et ce qui lui plaisait, quand il le voulait. Il pouvait dire ce qu'il pensait sans en pâtir, et en assumer les conséquences comme il le souhaitait.

- J'suis pas fiable. Je suis plutôt du genre à aimer rêver la journée et faire la fête le soir. Ce ne sont pas des choses à avoir dans l'armée.

Il avait presque une impression qu'on voulait le remettre dans une "cage", de laquelle il en était sorti, et qu'il avait apprécié seulement pendant un temps. A présent, il ne se sentait pas d'y retourner, il voulait conserver sa liberté.

- De plus, même si je ne fais pas parti des bourges, je gagne bien ma vie, j'ai suffisamment de quoi me "sustenter". Pourquoi est-ce que je voudrai plus d'argent dont je ne me servirai pas ? Ensuite...

Déposant sa tasse qu'il venait de terminer, il désigna une baie vitrée du regard, au travers de laquelle on voyait l'océan, peu après un "balcon".

- Je suis au bord de l'eau, je gagne ma vie, je peux faire la fête tous les soirs et je fais ce que je veux quand je veux. Vous, vous m'offrez une vie cadrée où il faut être un gentil mouton pour ne pas se faire punir, un univers où il faut être parfois hypocrite afin de rentrer dans les rangs et ne pas avoir de problèmes. Tout en vivant dans des grosses boîtes volantes. Alors certes, les étoiles, c'est joli, mais je préfère l'eau, voyez-vous. Entre ces deux vies-là, y'a pas photo, je préfère celle que j'ai aujourd'hui, même si elle ne paraît pas glorieuse. C'est une impression qui dépend des points de vue. Ici, au moins, je suis libre de m'exprimer de toutes les manières que je souhaite ! Je n'ai jamais autant apprécié décuver affalé sur le canapé devant ma télé !

Petite allusion à l'entrée en matière qui l'avait enragée...ça, il n'aurait pas vraiment pu auparavant ! Enfin, à titre d'exemple...ensuite, pour la remarque des soirs à "décuver", c'était bien sûr exagéré, même si ça arrivait que parfois, ouais, il se soit lâché lors de soirées ! Pas tout le temps, heureusement, mais durant ces derniers mois, il avait eu l'impression de renaître...et appréciait chaque instant de sa petite vie banale. Pour lui, cette vie était idyllique. Sûr qu'en pouvant se permettre tout ce qu'un soldat ne pouvait pas faire...c'était bien son genre de toute façon de casser les codes !

Et puis bon sang, pourquoi l'armée le voulait lui particulièrement ? Cela l'intriguait, tout de même. Il se disait que ça allait au-delà des raisons que cette fille lui avait cité. Il ne s'estimait pas plus haut que d'autres, après tout, il avait commencé tout en bas, et avait ensuite été apprenti Ingénieur, donc avec des gens qui géraient mieux que lui et qui lui avaient appris le métier.

Il leur avait tout laissé. Que voulaient-ils de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 10:21

- Si j'ai quitté l'armée, c'est justement parce que je ne m'intéresse plus à tout ça.

Étrange, plus je lui parlais, plus sa désinvolture du départ s'effaçait. Faisant place à... Quelqu'un d'autre. Cela pouvait sembler étrange mais dans les faits c'est le sentiment que ça me donnait. M'avait-il fait passer une sorte de test ? Car plus je l'écoutais, plus je me disais que je n'avais pas en face de moi le Eynar Yasashi du départ mais une tout autre personne...

- Je suis certain que vous avez dans vos listes des personnes tout à fait compétentes à faire ce travail, et qui ne demandent que ça. Pourquoi s'obstiner à ne pas leur donner leur chance ?

Comment rétorquer quand il tapait pile dans le fond du problème : nous avions tellement d'ingénieurs à la base, pourquoi rappeler celui-ci ?
Je choisis de le laisser continuer, ce serait sûrement plus constructif que de le couper de suite.

- J'suis pas fiable. Je suis plutôt du genre à aimer rêver la journée et faire la fête le soir. Ce ne sont pas des choses à avoir dans l'armée. De plus, même si je ne fais pas parti des bourges, je gagne bien ma vie, j'ai suffisamment de quoi me "sustenter". Pourquoi est-ce que je voudrai plus d'argent dont je ne me servirai pas ? Ensuite...

Il posa sa tasse et me désigna sa baie vitrée. Celle-ci donnait sur la vaste étendue d'eau qui recouvrait Océan et il fallait bien reconnaître que ça valait le détour...

- Je suis au bord de l'eau, je gagne ma vie, je peux faire la fête tous les soirs et je fais ce que je veux quand je veux. Vous, vous m'offrez une vie cadrée où il faut être un gentil mouton pour ne pas se faire punir, un univers où il faut être parfois hypocrite afin de rentrer dans les rangs et ne pas avoir de problèmes. Tout en vivant dans des grosses boîtes volantes. Alors certes, les étoiles, c'est joli, mais je préfère l'eau, voyez-vous. Entre ces deux vies-là, y'a pas photo, je préfère celle que j'ai aujourd'hui, même si elle ne paraît pas glorieuse. C'est une impression qui dépend des points de vue. Ici, au moins, je suis libre de m'exprimer de toutes les manières que je souhaite ! Je n'ai jamais autant apprécié décuver affalé sur le canapé devant ma télé !

Cela semblait peine perdu. C'était un électron libre farouchement accroché à son indépendance et qui n'aspirais pas franchement à quelque chose de très compliqué dans la vie, préférant mener une vie simple mais paisible... Mais je n'étais pas prête à abandonner. Et puis je n'avais pas abattu toutes mes cartes.

- À titre personnel, je respecte votre décision et je suppose qu'il en est de même pour mes collègues. Je ne vous demande pas de réintégrer votre place en tant qu'ingénieur de façon définitive... Mais de reprendre du service une toute dernière fois avec un statut de consultant civil. Une fois tout cela terminé, libre à vous de reprendre votre vie sur Océan.

Et puis autant être honnête avec lui...

- Vous avez raison il y a plusieurs milliers d'ingénieurs à la base qui seraient ravis d'avoir votre poste, et les raisons qui ont poussé mes collègues à me jeter dans une navette à 4h du matin pour venir vous rencontrer me semble on ne peut plus floues...
Mais si ils sont aller déterrer votre dossier et m'ont envoyés ici pour vous ramener à Céos, c'est très certainement que vous aviez un petit quelque chose en plus qu'eux n'avez pas. Libre à vous de penser que c'est du baratin, ou de la flatterie. Mais croyez moi ce n'est guère mon genre non plus... Je ne vous donne que ma version des faits. Je pourrais vous bassiner des heures avec la gloire que cela serait de participer à cette mission mais je sais que vous ne mangez pas de ce pain là.

C'était la dernière ligne droite et j'avais intérêt à sortir quelque chose de convaincant... Ou je n'avais plus qu'à repartir d'Océan seule dans la navette de transit.

- Vous m'avait dit ne pas être fiable, ce n'est pas ce que me disent vos états de service. Par bien des aspects vous n'êtes pas conventionnel certes mais je crois que c'est justement ça qui a titillé l'intention de mes collègues. On ne sait pas réellement dans quoi on s'engage, ni ce que l'on va trouver sur Prométhée... Et nous avons besoin d'éléments qualifiés et au mieux, qui possèdent quelque chose d'unique. Je ne vous dit pas que vous allez rendre un immense service à la galaxie... Car pour dire vrai je n'en sais rien. Peut-être que oui, ou peut-être que non. Au point où vous en êtes, je comprends que vous ne rêviez plus de la grande aventure et que vous préférez davantage cette vie vie tranquille à la rigueur militaire... Vous n'êtes poussés ni par l'argent, ni par la gloire, ni par l'aventure... Alors je suppose qu'il ne me reste que le devoir pour vous convaincre. Car ce que nous ferons là-bas contribuera peut-être à sauver des vies. Pour êtres franche je n'aime pas cette planète et quoi qu'elle cache je préférerais autant que ça reste bien enfouie... Mais ce n'est plus le cas et nous ne pouvons pas fermer les yeux là-dessus. Quoique ce soit nous devons nous assurer que ça n'a rien de dangereux pour le reste de la galaxie.

J'avais joué ma toute dernière carte. L'empathie. Saurait-elle faire mouche ? Pas sûr. Il semblait définitivement avoir coupé les ponts avec l'armée et ne souhaitait en rien les renouer, même temporairement. Et sa nature incorruptible n'aidait pas. Ceci dit s'il n'était pas ainsi je ne me serais certainement pas retrouvée en train de boire ce café juste en face de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 12:15

Elle se mit à répondre, et cette fois d'un point de vue plus...personnel. Cela lui fit avoir un petit air amusé. Finalement, la vérité, ça fonctionnait pas mal aussi pour faire parler les gens.

Car même s'il avait d'autres raisons qui le motivaient à ne pas y revenir, il avait toutefois dit que la vérité. Pas toute. Mais la vérité quand même.

Plus profondément, bien plus que de ne plus avoir à se faire cadrer, il ne voulait pas revivre ce drame qui lui avait fait prendre conscience de beaucoup de choses...ouais, bon, c'était sûrement égoïste, mais il se disait que déjà, des gens qui voulaient rejoindre cette organisation, il y en avait plein, lui-même ayant fait parti de ces gens, et il estimait, avec le recul, leur avoir donné bien assez d'années de sa vie. A présent, il désirait se consacrer à la sienne, car il ne voulait pas avoir l'impression d'avoir loupé quelque chose...

Oh, pas qu'il regrettait d'avoir été dans l'armée, juste qu'il était passé, certes brutalement, à autre chose.

Par contre, au "Libre à vous de penser que c'est du baratin, ou de la flatterie. Mais croyez moi ce n'est guère mon genre non plus...", il ne put s'empêcher d'avoir un petit rire :


- Ah bah ça, avec l'accueil que je vous ai fait, votre statut et votre caractère, oui, je m'en doute !

En même temps, vrai qu'il fallait dire qu'elle avait attaqué direct. Pas un bonjour, entrant dans le vif du sujet, et il n'avait du coup pas pu s'empêcher de jouer sur les mots dès le départ histoire de faire comprendre que ça pouvait éventuellement porter à confusion vu ce qu'elle était.

Il n'adhérait pas à ce genre de chose, mais bon, la vie était comme ça. Il savait ce que c'était, d'être différent.

Il garda son air malin, s'accoudant sur son comptoir, la fixant dans les yeux :


- Si vous n'étiez d'ailleurs pas si intègre, car je doute que vous soyez du genre à craindre des représailles de vos supérieurs, je suis certain que vous auriez trouvé un prétexte pour justifier le fait que vous n'avez pas pu réussir à rentrer avec moi à vos côtés, vu que votre intérêt n'est justement pas de m'avoir vu la manière dont vous me voyez.

Et surtout, de la façon dont il avait fait exprès de se faire voir, mais ça, il préférait justement ne pas le notifier à voix haute, car c'était justement sur ce genre de chose qu'il basait pratiquement tout son "jeu".

Il la laissa dévoiler la suite, avant d'imposer un court silence.

Vrai que c'était décidément le genre de chose qui arrivait soudainement, et comme beaucoup, il n'aimait pas vraiment être au pied du mur.

Quelque part, vu l'importance de l'affaire, et vu qu'elle lui en avait parlé avant même qu'il ne dise "je ne veux rien savoir, ne me dites rien", elle l'avait quelque part déjà piégé. Parce que, qu'il le veuille ou pas, ben il savait. Et même s'il ne voyait pas l'intérêt de le crier sur tous les toits, cela n'empêchait pas qu'il savait quand même contre sa volonté.
Cette fille lui avait imposé la situation.

Et personne ici ne pouvait en connaître les détails, le concil, lui, le savait. Là haut, ils étaient tous au courant. Et si c'était très confidentiel, au point de mériter de "fâcheuses conséquences" si l'affaire venait à être dévoilée par qui que ce soit, il se doutait que même s'il disait non, il serait...surveillé. De loin, certes. Discrètement aussi. Sinon, pourquoi prendre ce risque de tout lui dire comme ça, direct ?

Il ne pouvait pas croire en une confiance simplement parce qu'il avait un dossier qu'on appréciait pour certaines choses. Pour lui, c'était logique : l'armée avait ses ennemis, les terroristes, Eynar s'était même confronté à quelques-uns, et ça s'était mal terminé. Pas pour rien que son capitaine avait autodétruit leur vaisseau et avait fait évacuer son équipage. Pour les mettre hors d'atteinte des Fils d'Icare, et de ne pas leur laisser des données importantes sur leur base entre leurs mains.

Il s'était lui-même autodétruit pour cela.

Alors pourquoi ça ne serait pas le cas de pions comme eux ? C'était trop dangereux...et il n'avait pas envie de se confronter à ça.


- Vous êtes une maligne, ça ne m'étonne pas que vous soyez si haut gradée. Vous êtes arrivée, je n'ai pas eu mon mot à dire, vous m'avez déjà mêlée à vos affaires, et je ne peux pas croire que cela soit du à une étourderie non réfléchie de votre part.

Si lui-même n'avait jamais été commandant ou autre - ce qu'il n'avait jamais souhaité de toute façon - ce n'était pas pour rien ! Il fallait savoir diriger, garder son calme, et mesurer le moindre de ses propos dans beaucoup de situation...et être stratège en même temps.

D'où sa réflexion.


- Je classe ça dans a catégorie "manoeuvre d'intimidation". Si cette affaire est si importante, pourquoi prendre le risque de me la dévoiler avant même que je vous dise oui ou non ? Que le l'ai voulu ou pas, vous me l'avez dévoilée. Ce qui signifie que les grands de là-haut savent que je sais, désormais. Peu importe ce que je décide, ce qui est fait est fait. Je "sais". Ce qui signifie qu'au moindre écart de ma part, en admettant que j'en parle ailleurs, je serais aussitôt réduit au silence. Peu importe la manière de le faire, mais je connais ce monde-là : il faut être froid, même si on n'en a pas envie. Vous savez que j'ai conscience de ça, si vous connaissez mon passé dans votre secteur. Cela pourrait donc évidemment m'intimider, pour me forcer à dire oui, parce que vous m'avez soi-disant pas laissé le choix.

Bon, dit avec un sourire, mais derrière, il n'en pensait pas moins ! Il n'appréciait pas, en fait !

Enfin, ça, c'était comme souvent : il n'avait jamais aimé se faire imposer des choses. Si dans l'armée, il obéissait quand même, même s'il ne pouvait pas s'empêcher de l'ouvrir de temps en temps, il obéissait car il était conscient qu'il avait su dans quoi il s'engageait, autrefois.

Mais là, ce n'était plus le cas. Il avait sa vie, et il appréciait cette liberté de décision qu'il avait pris. Et il n'avait pas l'intention de se laisser faire.

Tout en annonçant clairement que "ce n'était pas au vieux singe qu'on apprenait à faire la grimace", comme on disait !


- Eh bien, sachez que c'était bien tenté, très bien tenté, même, mais...ça ne fera que renforcer mon "non". Je ne retournerai pas dans l'armée, j'ai suffisamment donné, j'avais clairement sous-entendu que je désirai qu'on m'oublie. Vous avez tenté de me mettre le couteau sous la gorge en pensant que je serais suffisamment effrayé pour ne pas riposter, mais vous êtes mal tombée.

Il sortit de son espace "cuisine", reprenant un air sérieux-malin, avant de répondre, toujours en la regardant avec aplomb :

- Alors voici ma riposte : si vous me voulez, alors que j'ai clairement fait comprendre que je voulais me faire oublier, voilà : je travaillerai à distance, en restant confortablement dans mon petit chez moi. Avec les technologies de maintenant, c'est facile, il vous est également facile de faire en sorte d'isoler certaines communications, la preuve avec ce que vous m'avez dit en entrant : à priori, personne d'autre ici ne sait ce qui se dit. Si cela nécessite des déplacements, je ne les ferais que si je les juge réellement nécessaires, et évidemment, je ne les financerai pas. Le contrat ne durera pas plus de trois mois. Et pour finir, je veux un contrat officiel écrit avec toutes ces clauses, et je garderai l'original.

Bon, il savait qu'il jouait à un jeu un peu dangereux, mais il n'avait pas peur de grand chose...

Puis, presque comme si de rien n'était, il lui fit remarquer :


-Vous voyez, moi aussi, je sais jouer à ce petit jeu-là.

Il était coincé, il était coincé, il ne pourrait pas faire grand chose contre ça. Il ne pouvait pas croire qu'il n'y avait qu'elle dans la confidence, ce n'était tout simplement pas possible. Par logique, il y avait tous ceux qui avaient découvert l'affaire sur place, et donc, toute leur hiérarchie. Ce qui faisait déjà un paquet de monde.

Le fait de lui avoir tout révélé sans chercher à savoir s'il voulait oui ou non l'entendre, était pour lui comme justement lui imposer d'être dans la confidence, et d'être en quelques sortes muselé sans même qu'il ait pu se défendre.

Du coup, il montrait le contraire ! Que même les mains liées, il ripostait encore !

Il n'aurait jamais fait l'armée, il ne se serait peut-être pas vraiment douté de tout ça, et se serait peut-être laissé avoir, justement, par peur ou autre. Mais ce n'était pas le cas, justement. Et il avait bien l'intention de se servir de ses connaissances comme "arme" pour se défendre de tout ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 13:28

Il marqua une pause... Mon argumentaire avait eu son effet. Restait à savoir si c'était le bon.

- Vous êtes une maligne, ça ne m'étonne pas que vous soyez si haut gradée. Vous êtes arrivée, je n'ai pas eu mon mot à dire, vous m'avez déjà mêlée à vos affaires, et je ne peux pas croire que cela soit du à une étourderie non réfléchie de votre part.

Bien vu l'aveugle. Mais cela faisait parti du protocole. En général avec les consultants un peu réticents (comme lui donc) on balançait toute l'histoire. Cash. Leur laisser le luxe de choisir s'ils souhaitaient entendre ou non ce qu'on avait à leur dire, c'était déjà une probabilité d'essuyer un refus catégorique.

- Je classe ça dans a catégorie "manoeuvre d'intimidation". Si cette affaire est si importante, pourquoi prendre le risque de me la dévoiler avant même que je vous dise oui ou non ? Que le l'ai voulu ou pas, vous me l'avez dévoilée. Ce qui signifie que les grands de là-haut savent que je sais, désormais. Peu importe ce que je décide, ce qui est fait est fait. Je "sais". Ce qui signifie qu'au moindre écart de ma part, en admettant que j'en parle ailleurs, je serais aussitôt réduit au silence. Peu importe la manière de le faire, mais je connais ce monde-là : il faut être froid, même si on n'en a pas envie. Vous savez que j'ai conscience de ça, si vous connaissez mon passé dans votre secteur. Cela pourrait donc évidemment m'intimider, pour me forcer à dire oui, parce que vous m'avez soi-disant pas laissé le choix.

Son passé... J'en connaissais une partie oui. Quant à l'autre... Je n'en étais pas sûr mais on m'en avait caché une partie. Quelque chose
qui aurait pu me faire avoir des scrupules à agir de la sorte ? Probable. Mais maintenant c'était fait.

- Eh bien, sachez que c'était bien tenté, très bien tenté, même, mais...ça ne fera que renforcer mon "non". Je ne retournerai pas dans l'armée, j'ai suffisamment donné, j'avais clairement sous-entendu que je désirai qu'on m'oublie. Vous avez tenté de me mettre le couteau sous la gorge en pensant que je serais suffisamment effrayé pour ne pas riposter, mais vous êtes mal tombée.

Je me disais déjà que c'était fichu. L'état major allait me passer un beau savon. Mais bon je m'en remettrais... Et dans le même temps je leur conseillerai de créer des protocoles pour des consultants de ce type car il était clair que ça ne prenait pas dans le cas présent. Je le vis repartir vers son espace cuisine. Quant à moi je me préparais déjà à passer la porte.

- Alors voici ma riposte : si vous me voulez, alors que j'ai clairement fait comprendre que je voulais me faire oublier, voilà : je travaillerai à distance, en restant confortablement dans mon petit chez moi. Avec les technologies de maintenant, c'est facile, il vous est également facile de faire en sorte d'isoler certaines communications, la preuve avec ce que vous m'avez dit en entrant : à priori, personne d'autre ici ne sait ce qui se dit. Si cela nécessite des déplacements, je ne les ferais que si je les juge réellement nécessaires, et évidemment, je ne les financerai pas. Le contrat ne durera pas plus de trois mois. Et pour finir, je veux un contrat officiel écrit avec toutes ces clauses, et je garderai l'original. Vous voyez, moi aussi, je sais jouer à ce petit jeu-là.

Il m'avait tendu une perche... Et j'allais m'empresser de la saisir, c'eut été trop bête d'abandonner maintenant. Le suivant dans la cuisine, je me tenais de nouveau face à lui.

- Et bien revoyons vos conditions M.Yasashi... Vous voulez travailler de chez vous, c'est impossible. Si mes supérieurs veulent que je vous ramène c'est que l'on a besoin de vous sur le terrain. De plus nous souhaiterions que vous fassiez la rencontre de vos coéquipiers. Physiquement. Pour le soucis de vos déplacements, l'armée vous prends tout en charge. Vous avez également le droit à une chambre dans un hôtel de Céos. Le contrat porte sur un mois à compter de maintenant, cela devrait donc convenir. Quant au papier je l'ai pris avec votre dossier. Libre à vous de le garder si vous le souhaitait, mes collègues n'ont besoin que d'une copie au format numérique pour l'archivage.

Sortant le document en question, je lui tendis en même temps qu'un crayon.

- Je ne peux pas vous proposer mieux, c'est à vous de décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 14:58

Ah, univers impitoyable...lui-même avait très vite appris qu'il fallait se méfier de chaque mot prononcé dans ce milieu-là.

Il savait qu'il ne pourrait pas s'en défaire, qu'il dise oui ou non. Il se disait "qu'accepter" lui laisserait une chance de se faire vraiment oublier...en y réfléchissant, peut-être aurait-il accepté s'il avait eu le choix, mais dès le départ, ce n'était pas le cas, et il n'était pas suffisamment naïf pour croire le contraire. Il avait fréquenté ce milieu suffisamment longtemps pour ça.

Il avait même rendu tout ceci officiel, afin de ne pas passer pour un déserteur. Et pour prouver sa "bonne" volonté, il leur avait même tout laissé, alors qu'il aurait pu récupérer ses travaux et les emporter avec lui. Eynar ne regrettait pas sa vie passée, mais c'était justement du passé. S'il avait contribué comme il avait pu, c'était parce qu'il le voulait, alors laisser tout ce qu'il avait fait pour l'armée ne l'avait pas dérangé. Pour lui, cela signifiait plutôt un "merci pour ce que vous m'avez apporté".

Quand elle répondit, il fut à peine étonné d'entendre le "c'est impossible". Il allait du coup se fermer complètement, se faire plus froid et ne plus rien écouter de la suite, car refusant de laisser aussi le choix à des personnes qui ne le lui en avaient pas laissé, et qui au final ne respectaient pas sa décision de vouloir vivre sa vie.

On ne lui laissait pas le choix, il ne voulait donc pas en laisser. Il s'appuyait simplement sur le fait qu'il était un civil, et que, peu importe le passé, il était désormais un civil, et il estimait que, comme tous, il n'avait pas d'ordre à recevoir de l'armée, vu qu'il n'en faisait plus parti.

Mais les paroles, il les entendit quand même, même s'il fit un peu exprès de ne pas y répondre tout de suite, ramassant les tasses pour les laver, comme si de rien n'était, comme si la vie était tout à fait normale.
Une attitude encore provocatrice, évidemment, mais ça avait toujours été sa façon de répondre quand il n'appréciait pas une façon de faire...Eynar n'avait aucune gêne à ce niveau, fallait dire.

Et si elle disait quelque chose, il avait déjà préparé sa réplique. Pas pour rien qu'on le nommait parfois "Forte tête", ou des noms dans ce genre !

En général, il avait toujours répondu ainsi : on l'agressait, il agressait. On était poli, il l'était. Et ainsi de suite ! Fallait dire que l'armée, ça forgeait le caractère...

Et, comme si ça ne suffisait pas, décidément "testard" sur les bords, il demanda, l'air faussement innocent :


- Quelle différence entre le fait de rencontrer ces personnes là-bas ou ici ? Ne me dites pas que l'Armée, si riche soit-elle, en est devenue radine ?

Ouais, quand on le cherchait, on le trouvait ! Et il assumait très bien ce côté "chieur de service" !

Ayant fini, il essuyait ses tasses en reprenant :


- Je ne tiens pas à être relancé quelques mois après tout ceci, dans l'optique où j'accepterai, évidemment. J'ai toujours respecté mes engagements, mais vos supérieurs ne l'ont pas fait envers moi. Normal, je dirai, puisque nous sommes tous les deux que des pions à leur disposition. Toutefois, je n'ai pas suffisamment peur pour dire que je ne suis pas d'accord avec ça. Il y a un an, j'ai coupé les ponts, en faisant don de tout ce que j'avais fait, c'était ce que je devais faire au cas où je quittais l'armée. J'ai respecté cet engagement, en ne me mêlant plus de leurs affaires. En contre-partie, l'armée devait m'oublier et me laisser faire ma vie. Ce qui n'a pas été respecté. Il faudra donc savoir que je ne me laisserai pas enliser.

Parce que commencer comme ça, et oui, il était conscient que ça pourrait être un "piège qui se refermait", pour le réintégrer, au final, d'une manière complète.

Hors, il voulait garder le choix. En ce laps de temps, il pouvait s'en passer, des choses. Oh, il voulait bien croire à de bonnes intentions de la part de certains, après tout, tous n'étaient pas des corrompus, loin de là, et il respectait ce travail. Surtout pour y avoir été. Juste qu'il s'était rendu compte que ce n'était plus fait pour lui sur le long-terme.
Mais il ne pouvait pas s'empêcher d'être méfiant...en fait, pour lui, le soucis, ce n'était pas vraiment l'armée en elle-même, bien au contraire, mais plutôt ceux qui dirigeaient...le pouvoir transformait beaucoup les gens, en général.

Peut-être prendrait-il plaisir à ce boulot. Il ne pouvait pas savoir. Ce qui le gênait, c'était vraiment ce fait d'être poings liés et de ne plus vraiment bénéficier de sa précieuse liberté, vu qu'il appréciait être un "électron libre", comme le voulait l'expression.


- Tant qu'à faire, maintenant que je sais tout, vous ne risquez plus rien à me dire ce que je serais sensé faire, dans l'éventualité où j'accepterai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 19:03

À nouveau j'eus l'impression de l'avoir perdu... S'affairant à sa vaisselle comme si de rien était, il marqua à nouveau une pause.

- Quelle différence entre le fait de rencontrer ces personnes là-bas ou ici ? Ne me dites pas que l'Armée, si riche soit-elle, en est devenue radine ?

De la provocation... À nouveau. Je commençais peu à peu à cerner le personnage. Mais même en le savant je ne pouvais m'empêcher de me sentir agacer. Patience. De fil en aiguille nous en venions au fait :

- Je ne tiens pas à être relancé quelques mois après tout ceci, dans l'optique où j'accepterai, évidemment. J'ai toujours respecté mes engagements, mais vos supérieurs ne l'ont pas fait envers moi. Normal, je dirai, puisque nous sommes tous les deux que des pions à leur disposition. Toutefois, je n'ai pas suffisamment peur pour dire que je ne suis pas d'accord avec ça. Il y a un an, j'ai coupé les ponts, en faisant don de tout ce que j'avais fait, c'était ce que je devais faire au cas où je quittais l'armée. J'ai respecté cet engagement, en ne me mêlant plus de leurs affaires. En contre-partie, l'armée devait m'oublier et me laisser faire ma vie. Ce qui n'a pas été respecté. Il faudra donc savoir que je ne me laisserai pas enliser.

Des pions. Il n'avait pas tort. Même en atteignant les sommets il y avait quelqu'un pour vous manipuler. Ils m'avaient envoyer chercher ce type sans un mot d'explication ou presque, soutenant qui leur fallait celui et pas un autre. Et moi, bonne poire, j'ai sautée dans le premier vaisseau pour Océan...

- Vous avez ma parole. Plus d'histoire après. Pas de réinsertion. Et j'y veillerai... Personnellement.

L'état major s'était bien fichu de moi... Et si ils m'avaient juste envoyée ici pour fournir un prétexte qui leur permettrait juste de rengager Yasashi... Si il s'étaient servis de moi...
Je ferais tout ce qui serait en mon pouvoir pour le réexpédier sur Océan, même si il fallait que je descende pousser moi même la navette en combi spatiale depuis Céos !

- Tant qu'à faire, maintenant que je sais tout, vous ne risquez plus rien à me dire ce que je serais sensé faire, dans l'éventualité où j'accepterai.

Théoriquement le protocole aurait voulu qu'on attende le briefing... Mais pour une fois au diable le protocole. Dans l'éventualité où ils m'avaient dissimulés des infos, ils l'avaient aussi violé de toute façon.

- Si vous acceptez, vous devrez étudier et comprendre les technologies que nous trouverons là-bas, tout en nous fournissant un appui militaire... Au cas où. Pour des raisons diverses de sécurité, nous préférerions, dans l'éventualité où il y en aurait, que les artefacts trouvés là-bas restent sur Prométhée. D'où le fait également que votre présence soit requise. Imaginons que les objets soient imperméables au scan, et avec une technologie alien c'est une éventualité non négligeable, il vous serait impossible de faire un diagnostique à distance. Alors qu'en dîtes vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 21:01

Il eut un sourire redoutable à sa première réponse :

- C'est certain. Cela vaut toujours mieux de se débarrasser des gens détestables le plus vite possible !

Le tout sans pouvoir s'empêcher de lui faire un rapide clin d'œil.

Il reprit un peu plu son sérieux quand elle lui répondit.


- Un appui militaire ? Mais je n'ai aucun pouvoir, et je n'ai pas l'intention d'en avoir.

Il ne voyait pas vraiment ce qu'on attendait de lui à ce niveau...

Enfin. Il estima qu'il l'avait suffisamment "malmenée". Toutefois, n'ayant décidément pas apprécié de se faire lier sans avoir le luxe de choisir lors qu'en tant que civil, il estimait que justement, cela lui permettait de dire non sans avoir à se faire mettre le couteau sous la gorge. Alors soit cela venait de cette fille, soit cela cachait quelque chose plus haut dont il ne pouvait pas s'empêcher de se méfier. A voir après !


- Et que pourrait-il justement arriver si je n'y comprend rien ?

Oh, sûrement qu'il devait y avoir des connaisseurs, mais il se disait que s'il ne servait pas un minimum, au cas où, il pourrait avoir quelques soucis, peut-être. Bref, il voulait "voir" le terrain avant de prendre le risque de s'engager dans quelque chose d'aussi sérieux... il voulait s'assurer de pouvoir revenir comme il était aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 22:23

- Et que pourrait-il justement arriver si je n'y comprend rien ?

Une bonne question pour dire vrai. Mais là non plus je n'avais pas de réponse toute faite.

- Et bien cela voudra dire que leur civilisation nous dépasse... Et de très loin. Nous ne nous attendons pas pas forcément à ce que vous compreniez tout du premier coup d’œil mais vos compétences techniques vous rendent davantage à même que les autres membres de la mission à appréhender certains des systèmes que nous pourrions trouver là-bas. Quant au soutien militaire, j'ai cru comprendre que contrairement à beaucoup d'ingénieurs civils, vous savez par quel côté on tient un ME-6... Et bien plus d'après votre dossier. Beaucoup plus.

Vrai que maintenant je comprenais : Yasashi était un type complet. Un bon ingénieur naturellement doué et un bon combattant en même temps. Et même parmi les soldats disponibles à la caserne, ce genre de profil était rare. Ce type était une grande perte pour l'armée concilienne. Mais partir était sa décision et quelles que soient ses raisons elles devaient être bonnes...
Vraiment, mes collègues se comportaient bizarrement. Avaient-il une idée derrière le crâne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eynar Yasashi
Civil (ex-ingénieur)
Civil (ex-ingénieur)
avatar

Sexe : Masculin Localisation du personnage : Océan
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Dim 4 Jan - 23:35

- Je ne tiens pas à me retrouver face à de gros méchants patibulaires.

Bon, sûr que ça pouvait être mieux dit, mais il avait cette habitude de jouer sur les mots ! Et il n'avait pas vraiment de honte à se faire passer pour un idiot...

Pour le reste...bah, oui, vrai que ça le mettait en colère dans le fond de ne pas avoir son mot à dire, mais il savait faire la part des choses derrière les apparences : il avait toujours respecté le travail de l'armée, mais il avait plutôt tendance à se méfier des gens qui gouvernaient.

Vu le milieu où il travaillait, il savait que c'était la même chose à toutes les échelles : lui était simple mécanicien en ville, faisant parti des coulisses, du personnel d'entretien qu'on ne voyait pas, mais qui pourtant, était bien là. Les gens pleins d'argent ne voyaient que le luxe offert pour une majorité, et plus le client avait d'argent, plus il obtenait ce qu'il souhaitait.

Oh, Eynar ne s'en plaignait pas, sinon, il ne ferait pas son métier actuel, ensuite, il ne pouvait pas nier qu'il profitait du système pour "s'en mettre plein les poches" comme on disait. Après tout, lui, s'il bossait dans ces trucs-là, c'était pour avoir son chèque à la fin du mois pour pouvoir manger. Et de temps en temps, vrai qu'il en profitait un peu, en allant souvent dans des petites boîtes de nuit ou quartiers branchés.

Ce qui le faisait justement rire, car dès qu'il changeait de casquette, à savoir mettre celle du client, d'un seul coup, il devenait visible, et avait souvent joué là-dessus.

Il se disait que c'était pareil à ce niveau. Il y avait ceux qui gouvernaient, et l'armée qui était "les coulisses", ceux qu'ils ne voyaient pas, mais qui pourtant, étaient bien là, car sans eux, la vie de chacun serait menacée par les terroristes.

Il se demandait vraiment ce qu'il se tramait. Bah, voilà une motivation, pour la peine !

Il se dirigea vers un grand écran mural, où il pianota légèrement, faisant défiler deux ou trois écrans, faisant ensuite un simple mouvement d'un index, ce qui lui permit d'ouvrir l'un de tiroirs du meuble qui se trouvait juste en-dessous. Eynar plongea sa main à l'intérieur pour en sortir une photo-lame, avant de fermer le tiroir d'un léger coup du bassin dessus.

Arme qu'il rangea dans un fourreau adapté qu'il attacha avec dextérité à sa ceinture.


- Je ne signe rien. Je veux voir d'abord.

Ah ça oui, il allait jouer avec leurs nerfs jusqu'au bout après un coup pareil !

- Accessoirement, je suis prêt, autrement.

Ce qui était justement pratique en ces temps ultra-modernes, c'était qu'il n'y avait plus forcément besoin de se trimballer une valise...il y avait de quoi entretenir sur place ! Et comme il n'était pas du genre non-plus à trop s'encombrer...en même temps, rares étaient les hommes à savoir faire réellement une valise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ernelzya.com/
Tana Arvick
Garde Concilien (grade : Amiral)
Garde Concilien (grade : Amiral)
avatar

Sexe : Féminin Scorpion Chien
Localisation du personnage : Base de Céos
Alignement : Bon

Données Personelles
Niveau: 2
Points de vie:
200/200  (200/200)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   Lun 5 Jan - 22:03

- Je ne tiens pas à me retrouver face à de gros méchants patibulaires.

C'était à moitié dit sur le ton de la plaisanterie... À mon avis il avait dû en voir d'autre. Et vu son dossier c'était même fort probable.
Je le vis alors se diriger vers son écran mural. Que mijotait il encore ?
Pianotant dessus, un léger déclic se fit entendre d'un autre côté de la pièce. Il ouvrit alors un petit tiroir, dévoilant une photo-lame, une des seules armes militaire disponible en vente libre. Il semblait apparemment savoir s'en servir, vu l'adresse avec laquelle il rengaina celle-ci. Vrai que c'était une arme utile, d’ailleurs la mienne ne me quittait jamais.

- Je ne signe rien. Je veux voir d'abord. Accessoirement, je suis prêt, autrement.


Ma mission était accompli : ramener Eynar Yasashi sur Céos. Qu'il signe ou pas, ce serait à mes collègues de voir, je m'en fichais éperdument. C'était eux qui m'avait bombardé cet énergumène dans mon équipe, ils n'avaient qu'à se débrouiller avec.

- Fort bien M.Yasashi dans ce cas je vous invite à me suivre, la navette pour Céos nous attends au spatioport.

[RP Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un entretien d'embauche...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Entretien d'embauche ensablé [FINISH]
» Entretien d'embauche (Margaret)
» Entretien d'embauche [PV Sibelle Grown]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alpha-56  :: Navigation :: Carte de la galaxie :: Océan :: Océan City-
Sauter vers: